Irish cob Dressage, élevage, prix – le guide complet

0
553

L’Irish cob, vous connaissez ? Envie d’un animal de compagnie et de travail hors norme, endurant, rapide, chaleureux et sans nul doute très voyageur pour du travail parfois difficile et quelques promenades sans but fixe ? La solution est juste sous vos yeux. Regardez autrement autour de vous. Renseignez-vous très bien. Des chevaux très beaux et très voyageurs sont en train de conquérir l’espace. Ils ont fait leurs preuves et constituent aujourd’hui des animaux de compagnie très prisés selon la tendance urbaine en cours. Il s’agit de l’irish Cob. La robustesse de sa condition physique et sa facilité d’apprentissage parlent pour lui et séduisent le public de mieux en mieux.

L’Irish Cob : parlons-en !

L’Irish Cob est une race de chevaux d’origine irlandaise.

Depuis les chemins et les routes avec les nomades irlandais, ils ont eu un parcours assez élogieux et sont devenus des animaux de grande classe selon l’usage que le propriétaire veut bien en faire. C’est une race très solide et sans caprice émotionnel. La plupart du temps, ils font de leur mieux l’ouvrage qui leur est attribué. Assez polyvalents, leurs courses sont faites de foulées courtes, mais rapides. Dans les écoles d’équitation, ils sont bien appréciés malgré leur souche attribuée à des expériences de couplages réalisées par des voyageurs à la recherche de chevaux endurants.

L’Irish Cob et d’autres horizons

Ce type de cheval est également présent dans d’autres pays. En Angleterre, il est connu sous le vocable Gypsy cob ; du côté de l’Europe de l’Est, c’est un Tinker. Il est encore appelé le cob traditionnel ou le cob irlandais. C’est aujourd’hui un cheval perçu comme la marque de fabrique idéale dans toutes les compétitions de chevaux de race. Il est dans la gamme des chevaux polyvalents les plus stables et sans difficulté de dressage ou d’adaptation à un domaine.

Les différents types d’Irish cob

Plusieurs types d’irish sont à découvrir. Ils sont souvent classés suivant leur taille et la longueur de leur robe naturelle.

Le poney : Il est plus aisé de le retrouver en dessous de 1 mètre 50. Toujours autant robuste, son usage est plus spécifié dans les attelages pour des travaux énergiques. Il est employé à l’exécution de travaux champêtres, de travaux ruraux en lien avec le déplacement de matériels trop lourds pour certains types de chevaux. C’est également un ami des tout-petits qui lui trouvent une certaine beauté au vu de sa taille comparée à la leur.

Le Shire ou Clydesdale : Sa taille est d’au moins 1 mètre 50. Il sert de passe-temps aux adultes. Ils en font le moins possible un animal de champs. C’est le compagnon de promenade préféré. Sa robe et ses fanons le rendent assez doux. Il est également un animal adapté à différents types de promenades dans n’importe quelle zone, sur n’importe quel relief.

Le Crossbred : C’est un type que l’on obtient après un couplage de gènes ou de race. Il faut nécessairement que l’un des géniteurs soit de la race des Gypsy Cob, le type anglais de Cob. Cela permet d’avoir soit un cheval de trait, soit un cheval de sport. Ce sont des sportifs assez rapides et des athlètes très endurants. Leur stature haute est également un facteur favorisant leur intégration dans le milieu du sport. Ils sont tant sur les courses de vitesse, les exercices d’équitation stricts que sur les longues randonnées. Bien entretenu, ce sont de véritables poulains de jeu.

Le noir et blanc : C’est parfois une question de préférence pour l’acheteur, une notion de goût. Ce type d’Irish cob peut s’obtenir soit par le couplage de deux différentes couleurs, soit l’accouplement d’un cheval et d’une jument dont l’un possède ses traits de couleur dormants dans ses gènes.

Le beige et blanc : C’est la couleur la plus en vogue dans la partie nord de l’Europe. Il est vu comme un type de cheval à soigner et à entretenir au jour le jour. Se promener sur un tel animal rend le propriétaire conscient du fait de l’effet produit par la crinière bien blanche mélangée avec la couleur beige sur son entourage. Cela fait grandir son estime vis-à-vis de son cheval.

Il y’a une variété de couleurs selon les préférences des propriétaires. Selon la couleur, un nouveau type peut se créer lorsqu’elle s’impose en nombre et en caractère. Plus souvent, la couleur de robe pie revient dans les descriptions des différents chevaux à vendre. Tout est question de choix, d’utilité, de goût et de moyens financiers. Il est question avant tout de chevaux puissants et rapides, de chevaux à toute épreuve. Ainsi, cette seule caractéristique motive en temps normal l’achat d’un cob irlandais.

Où trouver un cob irlandais ?

En Irlande tout simplement, vous devez croire. Ce n’est pas tout à fait exact. Cette race de chevaux a traversé les frontières. Il y a aujourd’hui dans plusieurs pays du monde l’irish cob avec toutes les caractéristiques convenables.

Irish cob chez les marchands

Il y a des vendeurs de chevaux qui développent une passion particulière pour les cobs traditionnels pour la simple raison que c’est mieux. Cela leur permet également de trouver des frais additionnels juste pour le déplacement, les soins et l’adaptation du cheval à son nouvel environnement d’adoption.

Irish cob chez les éleveurs

Des maisons de plusieurs années de tradition dans le domaine équestre prennent sur elles l’entretien des cobs aujourd’hui et en élèvent en grands nombres. Cela rend plus riche leur collection, et ils attirent la grande vague de clients curieux.

Irish cob dans les maisons d’équitation

Il est très facile de trouver dans ces établissements des chevaux bien dressés et capables de faire des parades difficiles avec des maîtres d’équitation expérimentés. Ils sont un peu plus entretenus et n’ont pour la plupart que de petits défauts dans leur constitution physique recadrés grâce à des années d’exercice. Cela relève un peu plus leur prix, ce qui fait qu’une petite bourse ne pourrait s’en procurer.

Irish cob en famille

Ce sont les fermes qui laissent voir ces animaux plus facilement. On les retrouve souvent en promenade dans les prés, au bord de quelques voies secondaires ou en savane, voire en forêt. Ces animaux ne sont pas la majeure partie du temps à vendre. Les familles y tiennent pour les avoir adoptés comme membre à part entière de la famille. Mais, pour des raisons financières ou personnelles, certains sont obligés de les laisser partir vers de nouveaux propriétaires. Dans ce cas, tout est question de valeur affective.

Combien coûte un irish cob ?

Un cob traditionnel n’a pas de prix fixe. Tout dépend du vendeur, de la qualité du cheval (ses caractéristiques) et de l’acheteur. Tout est à la charge de la capacité de négociation des deux principaux concernés : l’acheteur et le marchand.

Les chevaux nés sur place

Au niveau des plateformes de vente, les cobs irlandais nés sur place ont souvent un prix au-delà de 2500 euros. Cela n’inclut aucun autre matériel additionnel. Le cheval est même livré aux frais du client. Cela place la barre assez haute pour l’achat d’un tinker. Quiconque prévoit se prendre ce type de cheval doit élaborer un budget spécial. Les prix standards varient entre 4000 euros et 40 000 euros. Les soins apportés au cheval depuis sa naissance sont les premiers éléments expliquant le prix. Plus il est âgé, plus il est robuste et plus il est cher.

Les importations de cob

Les chevaux importés et destinés à la vente sont en moyenne moins chers. Ils proviennent d’une zone d’autochtones habitués à en élever. Ils ne font donc pas grand cas des difficultés de nourriture, d’entretien des chevaux. Cela abaisse le prix jusque dans la fourchette de 3000 euros à 20 000 euros, le prix du transport y compris.

Méthodes d’élevage d’un irish cob

Pour élever un cob convenablement, il est certain qu’il faut penser à trois éléments capitaux. D’abord, l’alimentation est à considérer selon les spécificités de l’animal. Ensuite vient la phase du pansage. Enfin, on doit s’occuper de le nettoyer pour le maintenir propre.

L’alimentation d’un cob

La première des choses sur laquelle on doit veiller est la qualité du foin que l’on permet à l’animal d’ingérer. Vu la polyvalence de l’animal, il doit consommer au moins 10 kg de nourriture par jour, soit des fruits, de l’herbe et des légumes. La priorité est à accorder à la paille et à l’avoine.

Le pansage d’un irish cob

Plus l’animal est pansé, mieux il se porte affectivement. Lorsque vous faites sentir à ce compagnon de route que vous pensez à lui et que son bien-être vous préoccupe, en retour vous aurez sa reconnaissance en endurance pour l’exécution de la mission que vous lui confierez. Il est préférable de lui trouver des brosses tendres et dures à la fois. Il est donc important de panser votre animal

Le nettoyage

Votre animal doit être propre en tout temps et en tout lieu. Cela est une condition primordiale pour améliorer sa productivité. Il vous faut être toujours à ses petits soins. Cela vous rapproche un peu plus l’un de l’autre et solidifie votre complicité et votre compatibilité. La partie sur laquelle vous devez vous attarder sur son corps est la partie à ferrer : les sabots. Les sabots du cheval sont après le ferrage des parties à nettoyer souvent. Pour l’animal même, apportez une bonne hygiène, et vous ne serez pas dans l’obligation de le laver tous les jours. Ne le prenez jamais pour un véhicule ; il n’en est pas un. Soyez doux à tout moment avec lui. Surtout, pas de pression d’eau. Nettoyez-le si vous le voulez à l’eau et laissez la nature procéder au séchage.

Le soigner

Soigner un cob irlandais est bien plus épuisant économiquement que tout autre soin à un tout autre animal. Lorsque vous avez un cob, le souci est plus lié à l’entretien de sa robe. Elle est velue et constitue un abri pour un certain nombre d’insectes et de gènes nuisibles. Cela rend votre travail d’entretien plus accru. Vous devez veiller sur votre cheval, et ce, en tuant les insectes, en éliminant les mauvais gènes et en détruisant progressivement les mauvaises habitudes que lui-même prend.

Comment dresser un cob irlandais ?

Pour dresser un cheval, il n’y a pas de méthode standard. Le choix que vous ferez dépend de ce que vous attendez comme résultat du processus de dressage. De toutes les façons, ménagez-le. Le cob est de nature pondérée. Cela ne veut pas dire qu’il n’est pas capable de s’emporter. Peu importe la méthode, basez-vous sur quelques principes clés.

  • L’objectif visé

Que voulez-vous faire de votre monture ? C’est en répondant à cette question que tout vous paraîtra plus clair. Si vous voulez en faire un animal endurant, serrez les exercices et misez sur la durée et la difficulté au niveau des différentes étapes de dressage. Si vous le voulez élégant, mettez-le au pas en ce qui concerne les bonnes manières. Il n’y a pas de variables spéciales entre votre cob irlandais et les autres chevaux.

  • La technique standard

Les animaux évoluent habituellement par conditionnement (Skinner). C’est ce constat qui doit vous rester en mémoire pour vos différentes activités avec votre cheval. Faites-lui comprendre que c’est vous qui dirigez. S’il ne répond pas à vos attentes, privez-le de quelque chose ou trouvez un moyen pour le lui faire comprendre. S’il est très studieux, encouragez-le. Cela doit faciliter l’apprentissage et le mettre en bons termes avec vous et vos diverses méthodes.

  • Le fonctionnement de la méthode

C’est une règle de base pour effectuer un dressage réussi. Si vous voulez choisir, allez alors à la quête de l’information. Votre cheval mérite le meilleur. Si vous voulez lui offrir quelque chose (du raffinement dans les mouvements, de la puissance dans les sabots, la maîtrise de la masse robuste qu’il possède, etc.), vous devez savoir comment votre choix s’applique et ce qu’il y gagnera. C’est votre animal. S’il se sent bien, il agira bien et vous vous sentirez bien. Chaque cheval, selon ce que vous attendez de lui, a une méthode appropriée qui lui convient. Soyez patient avec lui, et vous aurez vos résultats. Il ne s’agit pas d’improviser, mais tout dressage dépend de la perspicacité du dresseur et de la qualité de ses réflexes.

Services rendus par un irish cob 

C’est un animal avenant et émotif. Il partage des liens avec les autres animaux. Sa principale qualité est son endurance, et vous pourrez en profiter.

  • Sortir pour une petite promenade : c’est un animal de compagnie très simple. Il est calme et a très rarement des sauts d’humeur. Il est parfois têtu, et cela rajoute une bonne dose d’imprévisible à votre balade.
  • Un cob pour un attelage : si vous n’avez pas de bœuf et désirez quand même transporter des effets lourds, le cob est présent. C’est d’ailleurs son utilité originelle.
  • Équitation professionnelle : vous vous êtes mis à l’équitation professionnelle et vous cherchez un compagnon de sport fiable. Vous pouvez avec confiance vous tourner vers le cob irlandais.

Le cob irlandais ou cob traditionnel a évolué et est aujourd’hui sous le feu des projecteurs, surtout en France. Plusieurs compétitions sont maintenant organisées pour valoriser cette race particulière de chevaux dignes de confiance en toutes circonstances. Tout ce qu’il y a à faire, c’est leur accorder l’attention qui convient.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here