Assurer le bien-être du cheval par l’alimentation : comment procéder ?

0
323

Le bien-être d’un cheval tout au long de sa vie dépend de plusieurs facteurs. Si le plus important reste l’amour et l’affection que vous lui donnez, une bonne alimentation est également primordiale. Adopter de bonnes habitudes alimentaires pour votre cheval contribue grandement à son bien-être et à l’amélioration de sa qualité de vie. Pour y parvenir, cet article vous dit tout ce qu’il faut savoir sur le fonctionnement de l’alimentation des chevaux.

Renseignez-vous au préalable sur le comportement alimentaire

Pour assurer le bien-être de votre cheval par le biais de l’alimentation, il est important de connaître le comportement du cheval sur ce plan. Ainsi, vous devez savoir que cet animal est un monogastrique qui pour s’alimenter et couvrir ses besoins nutritionnels consomme les herbes et ligneux quand il est à l’état naturel. Se rendre sur leur site permettra d’en savoir davantage pour faire les meilleurs choix. Mais dans tous les cas, un cheval à l’état naturel mange en moyenne 16 h/jour de façon continue. De ce fait, le comportement alimentaire du cheval consiste à se déplacer lentement avec la tête baissée afin de brouter l’herbe dans les zones de pâturage. De même, il est important de savoir que les chevaux ont un petit estomac non élastique pour la prédigestion des aliments.

Adoptez le fourrage comme base de l’alimentation du cheval

Vous savez maintenant qu’un cheval a un petit estomac, il est donc important de lui donner des aliments qui n’engendrent pas des troubles du tube digestif. Pour cela, le foin doit absolument être la base de l’alimentation du cheval. En effet, le fourrage est riche en fibres et est composé de fragments d’aliments avec la bonne taille. Il augmente ainsi le temps de mastication et donc le temps passé à manger. Cela offre des avantages à savoir :

  • L’amélioration du pH de l’estomac grâce à l’augmentation du temps de salivation et du volume de salive.
  • La limitation de l’apparition de stéréotypies en raison de l’activité d’ingestion alimentaire qui évite l’ennui.

Cependant, il est important de faire attention à la quantité et à la qualité du fourrage utilisé pour le cheval. Un cheval de 500 kg par exemple pourra consommer entre 60 et 80 kg bruts d’herbes jeunes à 15 % de matière sèche ou alors 12 kg brut de foin de pré à 85 % de matière sèche. Pour ce qui est de la qualité, il est important de prendre en compte la valeur nutritionnelle des fourrages que vous pourrez associer soit avec un concentré ou un complément minéral vitaminé. Les besoins nutritionnels du cheval dépendront essentiellement de son état physiologique et de son activité.

Pensez à diversifier l’alimentation du cheval

La diversification de l’apport de fourrages d’un cheval permet d’augmenter le temps d’ingestion et d’assurer le bien-être de l’animal. Il s’agit également d’un excellent moyen pour que le cheval ait accès à des aliments en continu. Cela limite donc l’ennui et l’apparition de stéréotypies. Lorsqu’elle est consommée en quantité limitée, la paille est excellente pour le cheval et n’engendre aucun problème digestif. Un apport de foin et de paille peut donc empêcher l’animal de mâchonner le bois de l’écurie. Si votre cheval est logé en boxe, lui donner accès au pâturage peut être bénéfique pour en prendre soin. Il profitera d’un moment de détente lui permettant de se déplacer librement et d’avoir de l’herbe.