Comment réussir un traitement antiparasitaire pour chevaux ?

0
106

Les chevaux sont exposés dans leur vie de tous les jours à des parasites qui peuvent nuire à leur santé. Qu’il s’agisse de parasites internes ou externes, il convient de prendre des dispositions pour éviter que vos chevaux souffrent de maux liés à ces parasites. En effet, les mouches sont souvent à l’origine de l’agitation et du stress chez les chevaux. Ils risquent aussi la gale à cause des acariens. Les piqûres de moustiques ne sont pas non plus sans danger pour les chevaux et peuvent causer des dermatites. Il existe également de nombreux parasites internes chez le cheval qui peuvent causer des symptômes plus ou moins graves.

On ne saurait donc se passer d’un traitement antiparasitaire chez le cheval, que ce soit pour prévenir l’exposition aux insectes nuisibles, que dans une optique curative. La terre de diatomée est un excellent produit naturel très efficace dans le domaine.

Détecter une infection parasitaire chez le cheval

Tout cheval est soumis au risque d’une infection parasitaire. Les symptômes d’une infection parasitaire peuvent varier en fonction des parasites. Il est même possible qu’aucun symptôme avéré ne se manifeste, surtout dans le cas où les parasites ne sont pas en grande quantité dans l’organisme. Les symptômes qu’on peut généralement constater sont des coliques, une perte de poids, des diarrhées, une toux, des démangeaisons, etc.

Un diagnostic pourra être posé à la suite d’examens pour confirmer ou non la thèse de l’infection parasitaire. On parle d’abord d’une coproscopie qui permet de détecter les œufs de parasites dans les crottins. Certains parasites qui ne pondent pas d’œufs dans l’organisme du cheval ou qui n’ont pas atteint ce stade ne pourront donc pas être détectés par une coproscopie. Ensuite, la culture de ces œufs détectés se fera par une coproculture qui servira à identifier le parasite. Cela permettra de trouver le traitement adéquat. On peut également procéder à un examen sanguin, une infection parasitaire sérieuse pouvant provoquer une anémie. Un examen des prairies est également une option.

Les traitements contre les parasites externes

Dans le cas des parasites externes, on peut distinguer plusieurs options de traitements. Ces derniers sont essentiellement préventifs, ayant pour but d’éviter le contact entre l’agent pathogène et l’animal. En effet, on retrouve plusieurs insectes qui peuvent être nuisibles aux chevaux. Les mouches, les moustiques, les poux, les tiques, etc. sont tous des insectes qui mènent la vie dure aux chevaux. Parmi les traitements préventifs, on retrouve les insectifuges et les insecticides.

Les insectifuges

Ce sont des produits utilisés directement sur le cheval. Ils ont pour but de repousser les insectes. On peut distinguer différents produits. Il s’agit généralement de spray, de shampoing, de crème, de gel, de roll-on, etc. Les produits peuvent être spécifiques aux insectes, c’est ainsi qu’on peut retrouver des sprays anti-mouches, ou des produits anti-moustiques, etc. On peut même retrouver des huiles avec une action répulsive sur les insectes.

Les insecticides

Les insecticides contrairement aux insectifuges ne sont pas des produits à appliquer sur le cheval en raison de leur toxicité. Ils visent à éliminer les insectes et sont plutôt appliqués dans l’environnement du cheval. Il faudra toutefois les utiliser avec précaution pour éviter que les chevaux n’y soient exposés. Des risques d’intoxication avec plusieurs conséquences sur la santé sont bien réels. On les retrouve généralement sous forme de spray.

Les traitements contre les parasites internes

Les risques parasitaires des chevaux ne se résument pas qu’aux parasites externes. Des parasites internes peuvent également menacer le bien-être et la santé de ces animaux. En la matière, on distingue en général les vers ronds et les vers plats. On parle également de nématodes pour les vers ronds, et de cestodes pour les vers plats. Le cheval peut également ingérer des œufs de mouches. Ces derniers peuvent être présents sur les poils et une fois dans l’organisme, ils peuvent causer des troubles sérieux comme un ulcère. En général, on peut distinguer :

  • Les oxyures ;
  • Les ascaris ;
  • Les petits et grands strongles ;
  • Les ténias ;
  • Le Gasterophilus intestinalis (pour les œufs de mouches).

Un traitement parasitaire contre les parasites internes chez le cheval va consister en l’administration de molécules par vermifuge. Le but est de cibler les parasites qui sont à l’origine de l’affection. Mais, il faut toutefois rappeler que le traitement intervient seulement pour éviter une prolifération trop importante des parasites chez l’organisme. Il faudra veiller à ne pas pratiquer la vermifugeation trop souvent, au risque que les parasites développent des résistances. De plus, une action curative ciblée est plus conseillée pour plus d’efficacité.

Il est également nécessaire de faire appel à un spécialiste en la matière. Un vétérinaire est celui qui est le mieux placé pour prescrire ce traitement et suivre l’évolution de l’état de santé du cheval. En effet, le traitement doit être administré suivant un protocole donné, selon le cas de l’animal.

La terre de diatomée, une solution naturelle et efficace

La terre de diatomée est une poudre alimentaire. Elle s’obtient grâce au broyage de restes fossilisés d’un organisme marin. Il s’agit de diatomées. Cette poudre a l’avantage de pouvoir servir dans le traitement des parasites externes comme internes. De plus, on peut également s’en servir comme un complément alimentaire. Poudre naturelle et sans risque de toxicité pour les chevaux, elle constitue en effet une alternative intéressante.

Efficace contre les mouches et les insectes

Pouvoir préserver son cheval contre les mouches est une préoccupation pour les propriétaires de chevaux. En effet, non seulement, ils causent de l’irritation chez ces derniers, mais leur nuisibilité peut aller bien plus loin. Les mouches ont besoin d’un environnement propice pour se développer et se reproduire. Or, l’utilisation de la terre de diatomée rend l’environnent sec, ce qui va aider à limiter la prolifération des mouches dans les granges. Elle peut servir sur du fumier également. La terre de diatomée aide à repousser les insectes en général quand elle est utilisée. Elle constitue donc un véritable allié dans la prévention contre les parasites chez les chevaux.

L’utilisation en vermifuge

La poudre naturelle appelée terre de diatomée peut servir également de vermifuge pour la lutte contre les parasites internes. Sa composition en éclats de verre est efficace contre les parasites internes des chevaux, et son action va jusqu’à l’élimination du parasite après l’avoir déshydraté. Pour avoir un vermifuge naturel, sans se perdre parmi tous les vermifuges existants, opter pour la terre de diatomée est une bonne alternative.

L’utilisation en qualité de complément alimentaire

La terre de diatomée peut être aussi utilisée comme un complément alimentaire. Ses nombreuses vertus servent à renforcer les chevaux en minéraux et oligo-éléments. Elle contient en grande partie de la silice, qui est un élément de croissance intéressant. On peut également retrouver d’autres composants comme le fer, le manganèse, le sodium, etc. Associer la terre de diatomée dans l’alimentation des chevaux va donc faire bénéficier ces derniers de tous ces éléments. Ils seront forts et en bonne santé.

Au-delà des chevaux

D’autres animaux peuvent aussi bénéficier des bienfaits de la terre de diatomée. Pour lutter contre les puces chez les animaux comme le chat, cette poudre naturelle peut être également utilisée. La terre de diatomée peut donc être un traitement anti-puces de choix chez le chat. Ses qualités en tant que vermifuge sont aussi valables, ainsi que l’utilisation en tant que complément alimentaire, et cela pour d’autres animaux encore comme les chiens par exemple.

Pourquoi ne pas penser à des accessoires de protection ?

En matière de traitement préventif des parasites, on peut utiliser des accessoires de protection pour éviter le contact des chevaux avec les parasites. Il en existe particulièrement pour les mouches. On peut donc distinguer des frontaux, des chemises ou des bonnets anti-mouches. Les frontaux anti-mouches comme les bonnets anti-mouches visent à protéger la tête de l’animal contre les mouches. Les chemises anti-mouches sont des couvertures qui s’étendent sur le corps pour une protection plus grande. Ces accessoires permettent de protéger le cheval contre les mouches. Des masques de protection contre d’autres insectes sont aussi disponibles.

Quelques mesures d’hygiène pour éviter l’infestation des chevaux

Pour éviter l’infestation des chevaux, il convient de miser sur les mesures d’hygiène. Une grande majorité des agents parasitaires proviennent de l’environnement de l’animal et non de son organisme. L’utilisation non judicieuse des vermifuges conduit à des résistances. Le véritable axe sur lequel miser est celui de la prévention.

Un entretien quotidien doit être fait dans l’environnement de proximité du cheval. On doit veiller à se débarrasser des crottins chaque jour. Les boxes doivent être lavées et nettoyées, et cela très régulièrement. Une désinfection est également conseillée. Elle prendra en compte les différents supports utilisés par les chevaux comme les abreuvoirs. Les murs des boxes sont aussi à désinfecter. Pour éviter d’exposer les espèces les plus sensibles parmi les chevaux, il convient de séparer les plus jeunes des plus adultes pour un suivi particulier. Le surpâturage est également à proscrire. A cela s’ajoutent l’utilisation des produits comme les insectifuges, à appliquer directement sur le cheval, ou la terre de diatomée à répandre pour limiter la prolifération des mouches et insectes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here