Les Nouveaux Animaux de Compagnie (NAC) : que faut-il savoir

0
122

Pendant longtemps, le chien et le chat étaient considérés comme les seuls animaux de compagnie qu’un homme peut avoir. Mais, avec le temps et les nouvelles techniques d’élevage, cette possibilité s’est ouverte à de nouvelles espèces. Ainsi, on peut aujourd’hui élever un perroquet, un cochon d’Inde ou encore une vipère du Gabon chez soi. Ces animaux sont regroupés sous le vocable NAC. Qu’est-ce qu’un NAC ? Que devez-vous savoir sur ce type d’animaux ? Éléments de réponse dans cet article.

C’est quoi un NAC ?


Les NAC sont des espèces animales sauvages qui ont été domestiquées par l’homme soit pour des raisons utilitaires, soit à cause de leur caractère exotique. Les chats, les chiens et les furets ne sont donc pas classés dans cette catégorie.

Parmi les NAC, on retrouve des animaux destinés à la ferme comme les cochons ou les chèvres. Les espèces autrefois utilisées en laboratoire telles que les poissons et les souris rejoignent également cette classe. S’en suivent enfin les animaux insolites et un peu effrayants comme les scorpions, les lézards ou les serpents. On peut dire que tous les goûts sont dans l’univers.

Les fourmis font partie de ce groupe d’animaux insolites. Bien qu’ils n’attirent pas une grande sympathie, ces insectes peuvent constituer un élevage intéressant. Observer l’activité de toute une colonie d’individus est agréable. Et pour faire vos premiers pas, le messor barbarus fait un excellent choix. Originaire du pourtour méditerranéen, cette espèce est essentiellement granivore. Son activité est très intéressante à observer, puisque les colonies sont réparties en trois classes. Mieux, leur élevage est facile. Personne ne regrette l’achat messor barbarus.

Adopter un NAC, une question de responsabilité

Contrairement à celui du chien ou du chat, l’élevage de ces animaux est très réglementé. Par conséquent, le propriétaire doit se préparer à assumer certaines responsabilités comme :

  • demander une autorisation spéciale ;
  • faire identifier l’animal par un vétérinaire NAC ;
  • faire assurer son NAC.

Demander une autorisation spéciale

Certains animaux sont très dangereux. Ainsi, pour en élever, il vous faudra une autorisation spéciale obtenue auprès de votre préfecture.

L’objectif de cette mesure est de protéger non seulement les personnes, mais aussi les animaux du trafic illégal. De ce fait, en tant que particulier, vous ne serez pas autorisé à élever ces animaux dans un but commercial. Autrement, vous serez sanctionné.

La demande d’autorisation devra être renouvelée à chaque déménagement. Pour maximiser vos chances de l’obtenir, vous devez remplir certaines conditions. Par exemple, le propriétaire doit présenter un certificat de cession prouvant qu’il n’a pas acheté l’animal illégalement.

Faire identifier l’animal par un vétérinaire NAC

Attention, ce professionnel est très différent des vétérinaires ordinaires. Il a suivi des études spécialisées sur ce type d’animaux qui lui permettent de prodiguer tous les soins nécessaires à leur bien-être. Bien évidemment, il vous reviendra plus cher que le vétérinaire pour chiens !

L’identification permet de tracer l’animal, si ce dernier venait à se perdre. De plus, elle offre l’occasion de s’informer et prendre les précautions qui s’imposent quand on veut prendre un NAC chez soi. Cette étape n’est pas à négliger. Trouver un vétérinaire NAC est capital.

Faire assurer son NAC

Les assurances pour animaux proposent de plus en plus des formules dédiées aux NAC. C’est par exemple le cas pour les rongeurs, espèce la plus courante. Toutefois, vous pourriez avoir du mal à trouver des formules pour certaines espèces comme les serpents ou les tortues. Les soins pour ces animaux sont nettement plus complexes.

Cet article vous en dit plus sur l’assurance des NAC.

Ne pas respecter ces engagements est une infraction punie par la loi. Le code de l’environnement prévoit, en effet, jusqu’à deux ans de prison et 15 000 € d’amende pour le propriétaire.

Prendre soin de son NAC


Au-delà de caractère distractif, les animaux sont des êtres vivants qui ont besoin de soin et d’entretien. Par conséquent, le propriétaire doit être disposé à fournir à son NAC traitements et conditions de vie adaptés à son espèce. On n’élève pas un furet comme on ferait pour un phalanger volant !

L’idéal serait de prendre le temps de s’informer sur le type d’espèce animale qui vous intéresse. Cela vous permettra de mieux préparer son élevage. Et même après, il faut savoir rester attentif et à l’écoute de ses besoins.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here